Autrêches, Hautebraye, Chevillecourt

 

Ce site met à la disposition de tous, nombre d’articles consacrés par Remi  Hébert à Autrêches et aux villes et villages avoisinants.

 

Il s’agit pour lui d’offrir au plus grand nombre, le fruit de recherches dans les domaines variés liés à l’histoire, aux hommes et au terroir menées à partir des sources fiables auxquelles il a pu accéder depuis 40 ans.

 

Il souhaite que tous les esprits curieux y trouvent ce qu’ils cherchent.

 

La diffusion et la reproduction des textes et illustrations de ce blog sont autorisées dans un cadre non-commercial à condition que la source soit mentionnée. Dans tout autre cadre, mon accord préalable est impératif

 

Publicités

9 réflexions sur “Autrêches, Hautebraye, Chevillecourt

  1. Bonjour,
    Merci pour ces belles pages d’histoire sur ce village d’Autrêches qui a tant souffert pendant la première guerre mondiale.
    Il est difficile de se faire une idée de ce qu’était le village avant ce conflit, les choses ayant tellement changé. Les cartes postales anciennes constituent un précieux témoignage. Par ailleurs, les modes d’exploitation changent et il faut parfois adapter les bâtiments agricoles.
    Entre les vignes qui recouvraient les coteaux et fournissaient les villes de Flandres et le blé qui approvisionnait les villes voisines et Paris, cette terre, retournée par les obus, a pendant des siècles, nourri et abreuvé de nombreuses générations.
    Grâce à vos articles, je reconstitue l’univers et l’environnement de mes ancêtres.
    Que du bonheur ! Et il y a sans doute encore beaucoup à explorer avec les archives qui n’auraient pas été consultées.
    Merci pour ce patient travail.
    Xavier Mouret

  2. bonjour,

    j’ai beaucoup aimé votre blog et ma famille et d’autres ancêtre y ont vécu pendant plusieurs siècles aussi je suis plus que vivement intéressé par tout ce qui ressort d’autrêches avant les années 1620.

    j’effectue et j’ai photographié énormement de liasses du notaire local lemercier mais hélas je n’ai jamais pu consulter l’état civil pour 1593-1645 car on raconte qu’il n’existe plus !? il y a aussi parait il un livre ancien sur toutes les familles qui existerait ?!

    bref, j’espère que vous me répondrez,

    Cordialement,

    Messence Jm

  3. Bonjour,
    ma famille est arrivée à Autèches dans les années 20 et ma grand-mère comme mon père m’ont raconté beaucoup d’anecdotes sur l’histoire d’autrèches, sur les sites, l’avion (ou les avions?) qui s’y étaient écrasés et simplement la vie des gens. Je suis toujours désolé quand je reviens de voir les puits qui ont disparu, les lavoirs (dans lesquels ma mère a fait la lessive), les chemins que l’on ne trouve plus… mais cest comme cela. Par contre, j’ai lu l’article sur la pierre saint martin et il me semblait qu’il y avait une autre pierre « Sainte Anne » au dessus de Berry. De quelle nature était cette pierre dont il me semble me rappeler qu’elle aurait pris un obus en 14 ? Parfois mes souvenirs d’enfance se mélangent aux histoirees ce qui fait qu’il me semblait en avoir vu les restes mais je ne suis plus sûr ? Si vous avez des renseignements, je suis preneur !!
    Par ailleurs bravo pour votre travail , cordialement,
    Frédéric Blanquet

    • Bonsoir ,

      La transmission par la voie familiale, c’est essentiel ! Je suis d’accord avec vous pour déplorer la disparition progressive de notre petit patrimoine rural : les puits, les lavoirs, les chemins,…. Cela se fait dans une indifférence assez générale ici comme ailleurs. Mais ne désespérons pas, des prises de conscience ou des sursauts sont possibles.

      Pour ce qui est de la pierre Ste Anne à St Christophe, je ne saurai non plus la situer précisément. Sur le cadastre de la commune, existe un lieu-dit « Au dessus de la pierre Sainte Anne » dans la section B. A mon sens, la pierre Ste Anne (ou ses restes car elle a beaucoup souffert de la Grande Guerre)se trouve au dessus de la carrière Ste Anne (au Nord de Berry) en direction du Bois Turier (Autrêches). Il est à noter que le culte de Ste Anne est très ancien à St Christophe puisque la roche aujourd’hui consacrée à la sainte aurait pu être un monument celtique.
      Outre cette roche sont consacrées à sainte Anne, une carrière et une fontaine. Il existait d’ailleurs à St Christophe une confrérie de Ste Anne qui compta jusqu’à 400 membres. Ceux-ci avaient pour obligation de porter au moins une fois l’an leur offrande à la messe le jour de la Ste Anne et d’aller à la fontaine (et peut être même à la pierre mais c’est moins sûr)

      Je vous remercie pour vos encouragements

      Meilleures salutations

      Remi Hébert

      /

  4. Bonjour,
    Je découvre sur votre site le récit de la fin de vie des grand-parents maternels de mon propre grand-père maternel (Robert Villin, né à Autrêches en 1901) : Pierre et Marie Ménard. Je possède une photo de mes aieux devant leur maison pendant la guerre de 14 en compagnie de soldats français qui logeaient chez eux. Je n’ai découvert que très récemment qu’Autrêches était un champ de bataille et je me demandais comment des civils avaient pu vivre au milieu des combats. Vous m’apportez aujourd’hui la réponse.
    J’aimerais savoir comment vous avez pris connaissance de cette anecdote. Vous en a-t-on parlé ou existe-t-il un écrit relatant ces faits ?
    Cordialement
    Bénédicte Conin

    • Bonjour Madame Conin,

      Il y a un demi siècle , j’ai été recueillir les témoignages de personnes agées qui avaient beaucoup à raconter. C’est ainsi que plusieurs voisins de vos ascendants m’ont raconté cette anecdote.

      Voilà donc grâce à internet, une histoire qui va revenir dans l’histoire familiale. Je m’en réjouis beaucoup !
      Si vous vouliez bien me communiquer une copie de vos photos j’en serais ravi (et avec votre autorisation je pourrais éventuellement illustrer l’article).

      En 1917, Marie Ménard avait 70 ans et son mari 78 ans, sauf erreur… Celui-ci, originaire de Villeneuve St Germain (près de Soissons), était ouvrier agricole dans la grande ferme de Confrécourt toujours sauf erreur de ma part. Comme vous le savez vraisemblablement, c’est chez leur fils Louis que nacquit votre grand-mère Julie, Victorine qui épousa Robert Vilin (alors sergent-major au 54è de Compiègne).

      La maison des époux Ménard fut l’une des rares maisons non détruites de la commune d’Autrêches. Elle est hélas aujourd’hui démembrée.

      Avec mes salutations les meilleures.

      Remi Hébert

      :

      • Merci de m’envoyer un message à mon adresse email afin que je puisse vous envoyer copie des 2 photos que je possède même si elles ne sont pas en très bon état.

        Cordialement

        Bénédicte Conin

  5. Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog tout à fait par hasard.
    J’habite Autrêches (pas de manière permanente) et je gère un site consacré à la chasse vue du bout de ma lorgnette, sur lequel j’ai inséré, avec sa permission, un lien vers le site de Frank Chalet.
    J’aimerais, si vous en êtes d’accord, y joindre également un lien vers votre blog, afin d’offrir à mes visiteurs le loisir de découvrir ces belles pages d’histoires et d’anecdotes sur notre village.
    A vous lire, bien cordialement.
    Jeanjacques.bertin@laposte.net
    12, rue du Beaumontoir, 60350 Autrêches
    http://chasse.autreches.free.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s